Hier soir, j’ai reçu ma première contravention. De ma vie. Parce que j’ai grillé un feu cet hiver. Je roulais, j’étais dans le coma, je l’ai pas vu venir, et PAN ! Photo. Comme je recevais rien, je pensais qu’on m’avait oublié. Et puis non, finalement. En fait, j’avais surtout oublié moi-même.

 

J’ai bien lu la feuille à remplir pour contester. Je me suis dis que je pouvais faire une lettre pour expliquer que j’avais pas bien dormi. Qu’en fait concrètement, je finissais ma nuit au volant, ce matin-là. Bouche ouverte et tout. Que j’avais des soucis personnels, que mon appart avait été inondé, que ma connexion internet marchait plus, que j’avais pété mon mug fétiche. Des trucs qui préoccupent. Et puis bon.

Je me suis dis que ce jour-là :

- Il était super tôt ;

- Que j’étais super toute seule sur cette route ;

- Que ma voiture était super jaune ;

- Que le feu était super orange ;

- Que y’avait genre aucun doute.

 

Alors, j’ai posé la feuille pour contester et je me suis documentée sur les retraits de points. J’ai vu que sur le barème, juste après mon cas, y’avait des mots comme ‘’délit de fuite’’,  ‘’stupéfiants’’ et ‘’homicide’’. Du coup je me suis sentie gangster. Je me suis dis que peut-être il fallait que je me retire quelques temps sans prévenir personne. Bon, pas avec la voiture jaune. Mais genre en train, avec une perruque blonde, ou alors aller me cacher chez une personne de confiance qui aurait pas cédé sous la menace. Genre chez ma mère, en planque dans le grenier, nourrie par une trappe en bois avec interdiction d’allumer la lumière pour pas se faire prendre. Je me dis qu’ils auraient quand même fini par me trouver un jour, et qu'on m’aurait enlevée sous les yeux éplorés de ma mère qui m’aurait regardée partir en agitant un bout de Sopalin, fébrile sur le trottoir.

 

En fait non, c’est pas vrai. Ma mère, elle pleure pas. Ma mère, elle aurait attaqué la brigade avec ses pieds. Parce que pour ma mère, même quand je suis moche, je suis la plus belle mais surtout, même quand j’ai tord, j’ai raison.

Le feu n’avait qu’à pas être là, pauvre enfant, c’est tout.

 

Le pire c’est que j’allais pas vite. Je devais même être dangereuse tellement j’allais pas vite, en fait. Forcément, je dormais. Quand tu dors en conduisant, t’as le pied mou. Et je dormais bien.

Bon du coup, j’ai payé ma contravention. Depuis, je conduis comme si c'était la première fois. Si je reçois un texto, je bronche plus. Je regarde bien dans tous les rétros à chaque fois que je fais un truc. J’ai peur d’écraser un vélo maintenant. Ou pire, une poussette. Ou une poussette double. J’ose même plus mettre la musique. Je suis traumatisée.

 

Ca fait cher la photo.

 

prune-radar